Le constat pour Limoges est accablant. En effet, en matière d’éducation primaire, compétence de la commune, l’équipe municipale en place depuis 6 ans a : fermé des établissements primaires, a vendu des centres de vacances limitant ainsi l’accès des enfants aux séjours extérieurs, a fait financer le périscolaire par les parents, a diminué l’aide aux associations, créant ainsi de profondes discriminations entre les établissements. 

L’actuelle majorité n’a pas porté de politique publique d’éducation populaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter